Égypte



Géographie et Biodiversité


Les Trésors Géographiques

L’Egypte est située au carrefour de l’Afrique et de l’Asie et sa superficie équivaut pratiquement au double de la France.

Avec 2450 km de côtes sur deux façades maritimes, l’une sur la Méditerranée et l’autre sur la mer Rouge, ce pays partage une frontière avec Israël et la bande de Gaza au Nord-est, avec la Libye à l’Ouest et avec le Soudan au Sud.

Le Nil est la principale source de vie du pays, il traverse l’Egypte sur environ 1500 km du Nord au Sud. Dans le Sud, le haut barrage d’Assouan, à l'origine du lac Nasser, a été conçu pour gérer les crues du fleuve, développer l’irrigation et produire de l’énergie.
Deux zones géographiques naturelles se distinguent : d'une part, la région de la vallée et du delta du Nil (4% du territoire). C'est la seule région propice à l’agriculture, grâce aux limons apportés par le fleuve, elle abrite une vie animale et végétale intense. Le delta est très vaste et fertile et d'autre part les régions désertiques couvrant la presque totalité du reste du pays.
A l’Ouest, le désert libyque est un vaste plateau peu élevé, recouvert de dunes et creusé de dépressions au fond desquelles se trouvent des oasis. A l’Est, le désert arabique, situé entre la rive orientale du Nil et la mer Rouge. Il est montagneux et recèle de ressources minières. Au Nord-ouest, la péninsule du Sinaï, riche en pétrole, est rattachée au reste du territoire par l’isthme de Suez. Sa partie sud, montagneuse, est dominée par le mont Sainte Catherine (2637 m), point culminant du pays.

 

Les Trésors de la Faune et la Flore

La faune de l'Égypte ancien était abondante et variée; quantité d'espèces n'ont pas survécu à l'industrialisation et à l'expansion démographique. Depuis plusieurs siècles, le plus long fleuve du monde a vu s'installer sur ses rives une population toujours grandissante, entraînant l'implantation d'une faune et d'une flore différente. Les eaux du Nil sont riches en perches, en poissons chats et en tilapias. Sur les rives, on trouve à certains endroits des lotus d’Égypte, et un peu partout des roseaux. La faune ornithologique est aussi très présente avec environ 430 espèces d'oiseaux: hérons garde-bœufs, martins-pêcheurs, huppes fasciées, rousserolles et poules d'eau  se partagent le territoire.

Dans les eaux du Nil, plus de crocodiles et d'hippopotames. Les lions, les guépards, oryx, taureaux sauvages, babouins ont quitté les déserts du sud du pays.

Le lac Nasser est encore peuplé de crocodiles et de tortues à carapace molle.

 

Les Trésors préservés de la Nature

L’Égypte offre une grande variété d’écosystèmes et de vie terrestre et aquatique. Le pays possède une biodiversité unique qui contribue à l’économie et soutient le bien-être humain.

Le pays compte un large panel d’habitats avec des microclimats (par exemple des récifs coralliens, des montagnes, des mangroves, des dunes de sable, des oasis et des oueds) qui abritent de nombreuses espèces végétales et animales dans des environnements à la fois tropicaux et méditerranéens. Certains remontent à plusieurs millions d’années, comme les squelettes de baleines dans le désert occidental (un site du patrimoine mondial naturel dans la zone protégée de Wadi Al-Rayan), tandis que d’autres sites datent de l’âge de pierre, il y a environ 10 000 ans. Certaines espèces animales et végétales représentent des reliques d’une croissance jadis florissante dans les périodes anciennes où l’environnement était moins dur. Lorsque les conditions sont devenues arides, un nombre limité de ces espèces est resté dans ces sites naturels


Si vous effectuez un voyage en Égypte, ne manquez pas de faire une excursion sur le parc national Ras Mohammed. Il se trouve à 25 km de Sharm-el-Sheikh, à l’extrême sud du Sinaï, au bord de la mer Rouge. La réserve jouit d’un écosystème rare. On y retrouve en effet tous les éléments propres au monde marin, au biotope désertique et à un environnement de mangrove. Vous pourrez découvrir les trésors uniques dont recèle ce coin de la terre âprement disputé par l’Égypte et l’Israël, notamment au cours de la guerre des Six Jours. Mais cette période sombre fait désormais partie de l’histoire, et le parc créé en 1983 attire des centaines de milliers de visiteurs chaque année.

 

Entre les localités de Marsa Alam et Bérénice, en bordure de la mer Rouge dans le sud du désert oriental égyptien, le “Wadi al-gamal” (la “Vallée des chameaux”) couvre un territoire de 7.000 km. Cette réserve naturelle, classée parc national depuis 2003 sur une initiative de Mohamed Gad, est en grande partie désertique, avec ses sols rocailleux, ses zones montagneuses, dont le Gebel Hamata (1.977 m) et le “mont des Émeraudes”, ses dunes qui ondulent, ses grandes périodes de sécheresse auxquelles s’adaptent pourtant les acacias. Elle est complétée par une zone lagunaire et marine, avec cinq îles, dont celles de Wadi al-Gamal et Qul’an, des récifs coralliens, des mangroves, des marais... Le contraste entre l’aridité du désert et le chatoiement des couleurs marines est l’une des caractéristiques du parc et de ses attraits touristiques.