Burkina Faso



Culture


Les Trésors et Traditions

Le Burkina Faso possède une multitude d'ethnies caractérisées de traditions et coutumes qui leur sont propres.

Commencez votre voyage par la plaine centrale aux alentours de la capitale de Ouagadougou vivent les Mossi, peuple de guerriers qui a bâti un immense Empire entre le 15ème et le 19ème siècle et qui n’a jamais renoncé à son indépendance jusqu’à l’arrivée des français. Leurs descendants, fiers mais pacifistes, habitent de petites cases rondes en argile et cultivent le sorgho, le mil et l’arachide qu’ils conservent dans des greniers faits en paille tressée. Chaque ethnie a son propre style architectural, lequel, par ses lignes et ses teintes, se fond harmonieusement dans le paysage.

 

L’Ouest est la région des Bobos et de leur ville, Bobo-Dioulasso, la deuxième plus grande du pays qui apporte une touche française en Afrique. A certaines périodes de l’année, de grandes fêtes se déroulent dans toute la région durant lesquelles jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, se réunissent tous pour danser, boire de la bière de mil et acclamer l’apparition des masques qui dansent et sautent au son du tam-tam et des flûtes. Ces masques de polychromes représentent des animaux tels que buffles, antilopes, singes et oiseaux, sans oublier le grand masque « papillon plat ». Tous ces masques incarnent les esprits de la fertilité et de la santé que l’on remercie par des offrandes après la récolte. Assister à l’une de ses danses constitue toujours l’un des points forts d’un voyage au Burkina !

Ainsi sans mentionner toutes les communautés existantes, vous pouvez déjà remarquer leur diversité et ce qu'elles peuvent offrir à son visiteur!

 

La musique est toujours présente dans ce merveilleux pays du continent africain. Les instruments utilisés sont typiques de l’Afrique subsaharienne : le balafon, un xylophone constitué d’un seul clavier monté sur une structure en bois et des caisses de résonance faits de courges, le djenbe, un instrument à percussion qui peut être de différentes tailles et avec des variantes, et la kora, un instrument à corde construit à partir d’une grande courge coupée en deux. Il y a également des instruments typiques de certaines régions et ethnies et qui représentent un important patrimoine culturel, sans oublier le chant. La ville de Bobo Dioulasso est connue pour être le berceau des meilleurs percussionnistes burkinabè. Quoi qu’il en soit, le Burkina Faso est toujours accompagné de musique et toutes les occasions sont bonnes pour se mettre aux percussions ou simplement danser au rythme palpitant et joyeux de l’Afrique la plus authentique.

 

Les Trésors Gastronomiques

L’aliment principal pour la plupart des habitants du Burkina Faso est la polenta de mil (ou de maïs de plus en plus souvent) accompagnée de plusieurs sauces que les mossi, l’ethnie majoritaire du pays, appellent « To ». La boisson traditionnelle qui accompagne les repas les jours de fête s’appelle « dolo » ; il s’agit d’une bière à faible teneur en alcool obtenue à partir de la fermentation de sorgho rouge.

Un autre produit de l’alimentation traditionnelle s’appelle niebe ; c’est un haricot très répandu sur le continent africain grâce à sa capacité d’adaptation aux climats difficiles. Le sésame est un produit également très utilisé dans la cuisine traditionnelle.

Ces dernières années, surtout dans les villes, la consommation d’autres céréales telles que le riz et le blé (pâtes, pain) est de plus en plus répandue.

 Parmi les produits typiques du Burkina Faso se trouve le poulet, généralement rôti, et la pintade. Ces volailles sont transportées tous les jours à la ville en provenance des villages voisins. Elles sont ensuite cuisinées et vendues dans les milliers de postes ambulants dans les rues.

 

Les Trésors Artistiques

Il possible de trouver au Burkina Faso des fétiches, statuettes, masques, bronzes, bijoux, batiks, peinture. Il est très intéressant de voir ce que certains font de vieilles cannettes métalliques. Si vous en avez l'opportunité, allez voir travailler les artisans (les bronziers par exemple) afin de voir le temps réellement passé sru certaines de leurs oeuvres. Le granit est également un matériel sur lequel on travail à Laongo. Quant à la région de Bobo Dioulasso, celle-ci est propice à la recherche d’artisanat authentique. Il y a des objets provenant de villages de la région mais aussi du Nord de la Côte d’Ivoire et du Mali.