Bénin



Histoire


Le Royaume de Dahomey

Du 17ème siècle à la fin du 19ème, le Bénin d’aujourd’hui était sous contrôle du Royaume du Dahomey. Le Dahomey était connu pour sa forte culture militaire, et notamment pour avoir mis en place un corps d’élite composé de femmes soldats (guerrières entraînées à utiliser les nouveaux fusils Martini-Henry) connues par beaucoup d’Européens sous le nom d’Amazones du Dahomey.

 

Les portugais furent les premiers à occuper la côte en 1472 et ont rapidement lancé le commerce des esclaves. Le Royaume du Dahomey a bâti sa fortune sur ce commerce en vendant ses prisonniers de guerre aux européens marchands d’esclaves, un commerce qui a vu son apogée sous le règne du roi Agadja au début du 18ème siècle. C’est ainsi que le littoral fut tristement connu sous le nom de Côte des Esclaves. Le commerce des esclaves a pris fin en 1885 quand le dernier négrier portugais quitta la côte de Ouidah en direction du Brésil.

 

En 1892, entre l’abolition de l’esclavage et la diminution du pouvoir des régions, la France pu s’emparer du pays et renomma alors son territoire colonisé le Dahomey Français.

 

Arrivée au pouvoir de Kérékou

Le 1er août 1960, le pays gagna son indépendance grâce à Hubert Maga qui devint ainsi le 1er président du pays et instaura un gouvernement démocratique qui dura trois ans. Les premières années qui ont suivies l’indépendance furent marquées par une série de coups d’état de 1963 à 1970. En 1972, un nouveau coup d’État fut mené par un homme venant du Nord, il s’agissait du commandant Mathieu Kérékou, un soldat qui avait fait son service dans l’armée française. Quand il accéda au pouvoir, le Bénin en était rendu à son 9ème gouvernement en 12 ans. Il décréta que le Dahomey avait entrepris une révolution populaire et était ainsi devenu un régime socialiste de type marxiste-léniniste et renomma le Dahomey République Populaire du Bénin en 1975. En 1982, le gouvernement était plongé dans son processus de privatisation ou en d’autres termes de restructuration de la société d’État anti-productive et corrompue.

 

Nouvelle crise et changement de système politique

En 1985, Kérékou demanda au FMI de soutenir une nouvelle politique car les difficultés économiques avaient déjà contraint le gouvernement à appliquer de sévères mesures d’austérité et à annoncer que les diplômés n’auraient plus la garantie de l’emploi. De telles décisions firent éclater des rebellions ultra violentes donnant lieu à de nombreuses arrestations et à une répression musclée des manifestations. En décembre 1989, des échauffourées comme on en avait plus vues depuis le dernier Coup d’État de Kérékou en 1972 éclatèrent, les manifestants réclamant la démission du président, l’adoption d’un système multipartiste et l’éradication d’une corruption encrée dans le système tout entier. Respectivement, les étudiants et fonctionnaires ne recevaient ni leurs subventions ni leur salaire mensuel, l’absentéisme avait atteint des proportions catastrophiques et le pays tout entier était plongé dans un état de confusion et de mécontentement permanent. C’est en 1989 qu’un accord fut signé entre la France, le FMI et la Banque Mondiale dans le but de faire tomber Kérékou et de payer une partie des salaires en retard, en échange de quoi la France demandait l’abolition de l’idéologie marxiste-léniniste. Un référendum en 1990 accorda son soutient total à la constitution multipartiste et en 1991 eurent lieu de nouvelles élections ou Kérékou fut vaincu.

 

Les Trésors Muséographiques

Il existe des musées très intéressants traitant différents sujets comme par exemple la religion vaudou, la traite des esclaves ou encore sur le Royaume de Dahomey. Ce dernier se trouvant à Abomey est le musée constitué des Palais Royaux où vivaient les monarques de ce peuple vaillant et courageux. Les Palais ont été restaurés permettant ainsi aux voyageurs de profiter d’une visite guidée détaillée durant laquelle ils peuvent contempler les reliques des derniers souverains. Nous découvrons alors l’histoire du royaume du Dahomey qui remonte à la fin du 16ème siècle, de sa dynastie aux multiples péripéties, de ses redoutables guerrières amazones, des aventures de ses souverains qui ont mené avec leurs armées d’interminables guerres, et enfin de la splendeur de ses cours. Les batailles et conflits tragiques du Dahomey ont même inspiré plusieurs des pièces de Shakespeare.